Les Hautes-Laurentides lanaudoises

Unités de paysage :

Contexte paysager

  • Les Hautes-Laurentides lanaudoises s’étendent au nord-ouest, de la faille de Rawdon/Sainte-Mélanie, de direction SO-NE. Elles sont accessibles par le rang de la rivière Mastigouche.
  • Sol à dominante gravelo-sableuse, d’origine glaciaire (moraine de fond) sur un substrat rocheux composé de gneiss.
  • Relief plutôt accidenté, formé surtout de basses et de moyennes collines aux sommets arrondis, issues de l’action conjuguée du glacier et de l’érosion.
  • Une occupation du sol à dominante forestière (domaine public), marquée par la présence de nombreux lacs et de la vallée Mastigouche.
  • Activités dominantes : exploitation forestière, chasse, pêche, conservation, récréotourisme (réserve faunique Mastigouche), Parc régional des Chutes-du-Calvaire, sentier du lac en Cœur), villégiature.
  • Domaine bioclimatique de l’érablière à bouleau jaune-forêt de type mixte.
  • Terres du domaine public.

Composantes clés

  • Les collines ou montagnes, aux formes arrondies typiques du Bouclier canadien.
  • Les nombreux lacs parsemant le territoire.
  • La vallée de la Mastigouche : ses versants abrupts, falaises rocheuses dont le sommet est colonisé par des épinettes, les affleurements rocheux. Le fond de vallée se rétrécit dans l’unité de paysage du plateau laurentien.
  • Le patrimoine naturel : nombreux lacs, falaises rocheuses, rivière Mastigouche.
  • Habitat rural : maisons de type « colonisation » (carré au sol de petite dimension, absence de lucarnes et de larmiers).

Projet :

Étude de caractérisation et d'évaluation des paysages

Auteur :

Ici et là - COOP d'aménagement

Année :

2014

Type de caractérisation :

Grand ensemble paysager

Municipalités :

  • Mandeville

Carte