Étude de potentiel archéologique

À l’automne 2022, la MRC de D’Autray a confié le mandat de la réalisation de l’étude de potentiel archéologique pour la période préhistorique (occupation autochtone avant l’arrivée des européens) à Artecfactuel.

Le but de cette étude est de permettre une meilleure connaissance du territoire et de son patrimoine archéologique. Elle dresse une carte qui délimite des secteurs susceptibles de renfermer des sites archéologiques. Ces connaissances peuvent aider à la planification de l’aménagement du territoire.

L’étude a été financée dans le cadre de l’Entente de développement culturel 2021-2023 liant le gouvernement du Québec et la MRC de D’Autray.

Consultez l’étude de potentiel archéologique (à venir)

FAQ

La loi sur le patrimoine culturel du Québec oblige quiconque découvre un bien ou un vestige archéologique à en faire la déclaration sans délai auprès du ministre de la Culture. Un formulaire est disponible sur le site du ministère : https://www.quebec.ca/culture/patrimoine-archeologie/archeologie/declarer-decouverte

Si possible, prenez des photos et notez bien l’endroit de votre trouvaille. Ne vous improvisez pas archéologue! Malgré vos bonnes intentions, vous pourriez détruire des données archéologiques importantes. Il est illégal de procéder à des fouilles archéologiques sans permis de recherche archéologique au Québec.

Lorsque nous connaissons déjà le potentiel archéologique d’un territoire, nous pouvons mieux planifier les projets d’aménagement. Des interventions archéologiques peuvent être prévues au calendrier de travaux importants dès la planification de ceux-ci.

Cela réduit considérablement les chances de découvrir un site archéologique durant la phase de construction ce qui entraînerait des délais et des coûts non planifiés en raison du besoin de réaliser une évaluation archéologique en situation d’urgence .

Par conséquent, lorsqu’un projet est compris à l’intérieur d’un secteur présentant un potentiel de découverte archéologique, il est encouragé de considérer les services d’un archéologue dès la mise en œuvre du projet.

Un bien archéologique n’a aucune valeur monétaire, car les lois canadiennes et québécoises interdisent le commerce d’artéfacts.

Lorsqu’un site archéologique est découvert sur le site d’un projet d’aménagement, un inventaire avec sondages archéologiques est pratiqué pour évaluer son contenu, son état de conservation et la nature des occupations anciennes.

Selon les résultats de l’inventaire, des fouilles peuvent ensuite être recommandées afin de recueillir un maximum d’informations. Dans la très vaste majorité des cas, les travaux peuvent reprendre ensuite selon les plans établis une fois que les interventions archéologiques ont été complétées.

Les biens et les sites archéologiques appartiennent au propriétaire du terrain où ils ont été découverts.

Pour plus d’informations sur l’archéologie consulter le site d’Archéo-Québec :